Ville de Douala : Le plan d’urgence en marche

Roger Mbassa Ndinè a visité le 09 octobre dernier le curage fluvial du drain Ngongue et la réhabilitation d’une partie de la route à grand trafic de Mboppi.

C’est désormais coutumier de la part du Maire de la ville de descendre sur le terrain pour toucher lui-même du doigt l’avancement des travaux des différents chantiers lancés dans le cadre du plan d’urgence mis sur pied au constat de la dégradation de certaines installations urbaines jugées assez importantes et depuis les grandes inondations qu’a connues la ville de Douala.

C’est le cas de la visite effectuée le 09 octobre sur le chantier récemment exécuté d’une partie du tronçon de Mboppi. Cette route à grand trafic desservant un grand marché de la ville, qui était devenue impraticable provocant des bouchons à toute heure de la journée, a connu une réhabilitation pour le bonheur de ses usagers. «Nous sommes contents. Nous pouvons maintenant circuler sans problème», scandent les conducteurs de tricycles opérant dans le secteur. Il en est de même pour Lodjo Martine, la présidente nationale du Syndicat des opérateurs commerçants et activités connexes du Cameroun ( Synocacc), fière de voir le trafic reprendre normalement sur ce tronçon utilisé régulièrement par les commerçants pour recevoir et évoluer leurs marchandises . «Nous disons merci à M. le Maire pour tout ce qu’il fait», déclare-t-elle.

Avant cela, Roger Mbassa Ndinè et son équipe sont allés voir le curage fluvial en cours du drain Ngongue à Malanguè dans l’arrondissement de Douala 5ème. Un curage sur un linéaire d’environ trois kilomètres avec au minimum cinq mètres de largeur pour limiter au maximum la montée des eaux pendant les pluies dans ces zones à risque. Un travail déjà fait en partie à l’aide d’un engin amphibie par Seca l’entreprise adjucataire pour lequel le maire a fait part de son satisfecit. « Nous sommes émerveillés par le professionnalisme avec lequel le travail est fait» a-t-il indiqué.

Le Maire de la ville promet de poursuivre le travail déjà entamé dans d’autres parties de la ville notamment en ce qui concerne l’éclairage publique et d’autres volets du plan d’urgence. «Les uns et les autres ont pu apprécier l’amélioration en matière d’éclairage de la ville. Mais cela va prendre un peu du temps parce que le secteur était suffisamment sinistré», souligne-t-il.

Cependant, un effort de sensibilisation continuera à être fait, d’après Roger Mbassa Ndine, pour éviter que les biens des populations soient impactés par le inondations. «Je me réjouis dans beaucoup de cas que ce sont les populations elles-mêmes qui nous appellent pour venir libérer l’emprise des drains. Effectivement, cela ne va pas se faire sans dégâts. Surtout pour ceux dont les constructions se trouvent aux mauvais endroits. C’est pour préserver les vies et des biens», a-t-il conclut.

Félix Épée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *