Samuel Eto’o : « J’entends faire du football au Cameroun, un métier à part entière ».

C’est l’une des phrases fortes de l’allocution du président de la Fécafoot donné  le 12 janvier 2021 pendant l’inauguration de la statue de Mappè Lepe à Douala.

Samuel Eto’o Fils a été formel au cours de son discours le 12 janvier dernier. La fédération camerounaise de football dont il a la charge  place en première ligne de son combat, la condition du footballeur. Elle  entend ainsi faire du football au Cameroun, un métier à part entière. «  La Fécafoot place la condition du footballeur au centre de ses préoccupations »,  précise-t-il.

Un message fort et plein d’espoir  pour les footballeurs locaux, au regard des conditions dans lesquelles vivent la grande majorité d’entre eux tout le long de leur carrière. Sans salaires, sans contrat de travail. Ni d’assurance. Et même quand ce contrat existe, il n’est jamais respecté des présidents des clubs. A quelques exceptions près. Les conditions qui ont amené beaucoup de pratiquants de ce sport à abandonner en chemin leur passion ou à finir leur carrière dans la misère.

L’ancien capitaine des Lions indomptables prévoit en finir avec cette image d’anciennes gloires à la peine et en difficulté de reconversion socio-professionnelle. « Nous allons doter au footballeur camerounais un statue  qui lui confère une protection sociale est des avantages salariaux ».

Ce discours donné, au cours de  son hommage rendu à Samuel Mbappè Lépé,  un des monuments du  football camerounais mort dans la précarité malgré son immense talent reconnu ici et au-delà, est assez significatif. Il interpelle en même temps les présidents des clubs dont quelques uns qui continuent à entretenir la situation en l’état en refusant de faire les choses à la régulière.

Félix EPEE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *