Réformes fiscales et innovations : Le Directeur des impôts rencontre les opérateurs économiques.

L’objectif de cette réunion qui a eu lieu du 15 au 19 février 2021 à Douala est d’amener les créateurs des richesses à s’arrimer à nouvelle loi de finance.

La salle Diamond de l’hôtel La Falaise de Bonanjo à Douala a servi de cadre à la rencontre entre Modeste Fatouing Mopa, Directeur Général des impôts et l’ensemble des opérateurs économiques de la région du Littoral.

Le but de cette rencontre est non seulement d’amener les patrons d’entreprise à s’arrimer à la fiscalité issue de la loi de finance de 2021 mais aussi de pousser les responsables des impôts à une quête permanente de la performance pour une meilleure collecte d’impositions auprès des contribuables.

Parmi les patrons invités à cette discussion, on compte ceux des grandes entreprises,  des Pme et Pmi, mais aussi des groupements patronaux parmi lesquels le groupement inter patronal du Cameroun (GICAM) et les Entreprises du Cameroun (Ecam) très remontés ces dernières années contre cette administration fiscale.

En effet, la crise sanitaire mondiale, a fragilisé la quasi-totalité des entreprises au Cameroun. La Direction des impôts a reçu du gouvernement depuis 2020 des instructions pour accorder des mesures fiscales flexibles aux entreprises afin de garantir leur survie, tout en préservant leurs acquis pour une meilleure attractivité de notre économie sur le plan international.

« En 2020, il n’y a pas eu de contrôle fiscal à cause de la crise du covid-19 mais plutôt un gel fiscal où chacun y allait en son âme et conscience pour payer ses redevances. Et ce qui est surprenant c’est qu’il y a eu le même taux fiscal obtenu comme l’année précédente », a déclaré le DG des impôts dès l’entame de son propos. Une marque de gratitude de l’ensemble des patrons d’entreprises à l’endroit des services des impôts qu’il a tenue de féliciter. Car précise-t-il : « ces réformes fiscales entamées depuis 2017 ont été mises sur pied pour sécuriser les recettes de l’Etat ».

Immeuble siège Direction générale des impôts Yaoundé

Rationalisation des interventions fiscales          

C’est ainsi que plusieurs réformes et innovations ont été présentées par les cadres de la DGI aux opérateurs économiques. Des réformes à leurs avantages et grâce auxquelles, ils devront s’acquitter des redevances fiscales désormais au 30ème jour  du mois et non plus le 15ème comme initialement prévu. Avec la consécration de l’attestation de non redevance comme document unique exigé pour justifier de la situation fiscale d’un contribuable, la rationalisation des interventions fiscales par la consécration du principe d’une intervention unique par entreprise et par an.

D’autres facilités ont été accordées aux patrons d’entreprises comme l’élargissement du champ d’imposition dans le secteur d’élevage et pêche pour promouvoir ce secteur.

Dans le domaine du digital se présentant aujourd’hui comme l’un des secteurs émergents de l’économie camerounaise, l’accent a été mis sur la promotion des start-ups.

La taxe spéciale sur le revenu a connu également une diminution. Elle est passée de 15% à 5% pour la commande publique. Ces réformes fiscales et innovations apportées permettent aussi à cette administration, selon leurs propres responsables, d’avoir un système fiscal caractérisé par une assiette large et des taux d’imposition modérés et des procédures simplifiées.

D’après la Direction des impôts, le nombre de contribuables serait en hausse. Ils étaient au nombre de 80797 en 2014. Ils sont passés à 138 283 contribuables professionnels en 2020. A cela s’ajoutent des personnes physiques dont le nombre s’élèvent aujourd’hui à plus de deux millions de contribuables. Des chiffres qui augurent tout de même des lendemains meilleurs aux dires des responsables des impôts.

Didier Ntocko

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *