Munisca : Le contingent camerounais de retour.

Après un an de mission de paix en Centrafrique, les casques bleus camerounais conduits par le Colonel Richard Nzameyo Mba sont accueillis en triomphe par le ministre de la Défense, Joseph Beti Assomo.

Aux côtés des forces d’autres pays, le contingent camerounais a valablement honoré les couleurs nationales du pays. Ainsi pendant un an qu’a duré leur mission, les 1030 hommes ont contribué à désarmer et à démobiliser les rebelles, protéger les  populations civiles, maintenir l’ordre, former la police locale, assurer le maintien des droits de l’Homme.

Cette cuvée de soldats, forte de 750 militaires et 280 gendarmes, 7e du  genre étaient fière de regagner leur pays après avoir passé un an en république Centrafricaine. « Le haut commandement est fier de vous » leur a confié Joseph Beti Assomo ministre délégué à la présidence chargé de la défense  au nom du chef de l’Etat, chef des forces armées. Il a également transmis ses vives et chaleureuses félicitations tout en saluant le sérieux avec lequel ce contingent s’est acquitté de sa mission en terre centrafricaine sous la bannière de l’organisation des Nations Unis.       C’était lors de la réception du drapeau Camerounais du chef de la mission le Colonel Richard Nzameyo Mba récemment à la cour du quartier général à Yaoundé. Par ailleurs, l’on a appris lors de cette cérémonie de prise d’arme pour la restitution de l’étendard du contingent camerounais qu’un militaire a perdu la vie dans les rangs par accident sur le terrain des opérations en Centrafrique.

Les casques bleus de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA) constituent une force militaire ayant pour rôle le maintien ou le rétablissement de la paix. Le Cameroun a toujours joué un rôle majeur dans les opérations de stabilisation d’un climat de paix durable en Centrafrique dans le cadre de la MINUSCA voire dans la sous-région.

                                                                                                  Alain Francis POUAMO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *