Incendie à la Mairie de Douala : Dr Roger Mbassa Ndinè rassure les populations.

Dans un communiqué reçu par notre rédaction en fin d’après-midi d’hier, suite à l’incendie survenu dans la journée de mardi 09 février en milieu de matinée,  le maire de la ville dissipe les craintes des populations.

Hier mardi 09 février 2021, un incendie est survenu  au milieu de la matinée à l’hôtel de ville de Bonanjo. Selon le communiqué daté de ce même jour et signé de Georges Liberté Wanguè, Secrétaire général de la mairie,  le feu, provoqué par un court-circuit sur le groupe électrogène, est  parti du côté du bâtiment en réfection de cet édifice après un retour mal dosé du courant Eneo créant ainsi la panique au sein du  personnel dont les bureaux se trouvent dans les bâtiments voisins.  Heureusement, cette panique ne sera que de courte durée.  

Car, rapidement alertés, les sapeurs-pompiers dès leur descente sur le terrain, ont vite maitrisé le feu. Ainsi que l’équipe d’intervention de Eneo qui a vite circonscrit la panne. Mais avant cela, le personnel de la mairie formé en sécurité incendie avait déjà fait usage de leurs extincteurs gazeux pour  et maitriser circonscrire le feu nous révèle une de nos sources intérieures. Le personnel exerçant du côté de l’hôtel de ville désormais hors de danger  peut retrouver tranquillement ses bureaux.

Aucun dégât matériel, ni humain.

A l’immeuble Cnps à Bonanjo où se trouvent d’autres services de la Mairie non loin du lieu de l’incendie, ce n’est non plus la sérénité. Quelques agents curieux  de ce côté viennent eux-mêmes s’enquérir des nouvelles. En effet, bien qu’à l’abri, ils se sentent  concernés par ce début de  flammes qui ont néanmoins endommagés  quelques câbles et un groupe électrogène.

Après quelques heures, tout est rentré dans l’ordre. Ils finiront également tous par regagner leurs bureaux respectifs.

Le maire de la ville rassure les populations. Aucun dégât matériel ni humain n’est à pas déplorer, nous indique le communiqué.  Il invite son personnel à la sérénité et à assurer la continuité du travail.

En guise de rappel, c’est le troisième incendie que subit  ce bâtiment en  10 ans. Le premier a eu lieu en 2011. Le  deuxième en 2015 qui a causé d’énormes dégâts matériels et   à l’origine des réfections en cours dans ce bâtiment. Et le tout récent vite maitrisé  en 2021. Un bâtiment construit en 1955 datant de l’époque coloniale mais qui résiste au temps.

Félix Epée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *