Inauguration du Kristal Palace Douala: Les Chefs Sawa humiliés chez eux.

Ils ont été abandonnés sans aucune considération dehors  sous les bâches comme des vulgaires individus,  pendant que les chefs d’autres communautés et autorités prenaient place  dans la salle de banquet pour le repas à l’intérieur de l’hôtel.

C’est plus qu’une humiliation, voire de l’opprobre qui a été jetée sur les Chefs Supérieurs Sawa du Wouri le mercredi 15 décembre 2021  dernier à Douala. Alors qu’ils assistaient comme la grande majorité des invités à la cérémonie d’ouverture officielle du Kristal Palace Douala, le nouvel hôtel 5 étoiles nouvellement construit à Akwa dans le centre de la capitale économique et présidée  ce jour par le premier ministre Joseph Dion Ngunte, nos gardiens de la tradition, de surcroît, auxiliaires de l’administration, n’ont pas pu avoir accès à la salle des banquets au moment du repas. Ils ont été abandonnés sous la bâche comme des vulgaires individus.

On a cru  à un moment à une erreur de protocole. Il n’en a rien été. Car le responsable du protocole de Frédéric Essaka Ekwalla, Chef supérieur du canton Deïdo et président en exercice du Ngondo qui conduisait la délégation des chefs, s’est rendu auprès des responsables de l’hôtel pour savoir la place réservée à ces hôtes de marque, sans suite.

Le sawa aujuord’hui humilié sur son propre territoire. Devrait-il interroger les esprits des eaux?

Selon notre source, aucune  place ne leur avait été réservée dans la salle et aucune solution n’était envisageable pour la circonstance. Informés de la situation, les Chefs Sawa se sont levés et ont quitté les lieux. Un véritable déshonneur  et camouflet à l’endroit de ces gardiens de la tradition  qu’aucune personne soucieuse de sa dignité n’aurait aimé vivre à cet instant précis.  Surtout devant un parterre d’invités de marque venus de tout le pays et du monde entier.

Ce qui a été plus révoltant  pour ces autorités traditionnelles habituées d’occuper les places de choix  aux côtés des administratifs dans cette affaire, est la présence des chefs d’autres communautés à l’intérieur de l’hôtel pendant qu’eux qui accueillent l’évènement dans leur espace de commandement sont dehors.

Un phénomène devenu récurrent depuis quelques temps dans plusieurs manifestations qui ont lieu dans la ville de Douala où certaines personnes ont décidé de bafouer, aux yeux de tous,  l’autorité traditionnelle chez les sawa. Le dernier scandale date de 2019 lors de l’inauguration de l’hôtel La Falaise  de Bonapriso à Douala. Les chefs sawa sont restés debout à leur arrivée et obligés de rentrer par manque de place assises pendant que les chefs d’autres communautés non duala étaient confortablement assis dans les tribunes.  Une vraie gifle. 

Comment cela a-t-il pu se faire au Kristal Palace ? S’est interrogée une personnalité de la ville.  Pourtant à l’intérieur de la salle de banquet de l’hôtel se trouvaient les élites sawa à l’influence et à l’autorité bien établies en la personne de Laurent Esso, Ngallè Bibehè, sans compter le premier lui-même Dion Ngunte qui auraient pu réparer cela séance tenante. Comment ont-ils pu laisser passer ça ? Les accusations vont plutôt à l’endroit d’une haute autorité administrative de la ville qui avait la charge de distribuer les invitations qui n’a pas veillé au respect du carré des chefs.

Mais seulement, beaucoup de personnes reconnaissent que cette méprise gagne curieusement du terrain dans les espaces de commandement sawa. Et selon certaines indiscrétions, on ne l’observe pas dans d’autres localités du pays.

Un comportement qui doit prendre fin, d’après une élite sawa assez remontée rencontrée après l’incident,  si on ne veut pas, dit-elle, que cela débouche un jour à un conflit intercommunautaire. « Nous sommes assez respectueux des autres mais nous demandons à ceux-ci à leur tour d’avoir la même attitude à notre égard et à plus forte raison chez nous », a-t-elle précisé.

Félix EPEE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *