Douala: Les trottoirs bientôt libérés

Une vaste campagne baptisée « Restituer le trottoir aux piétons »  à l’endroit des occupants de ces espaces publics  sera lancée dans les prochains jours par la Mairie de la ville.

C’est le contenu de la note d’information du 26 février 2021 signée de Roger Mbassa Ndinè, maire de la ville de Douala.  Ce communiqué porte à la connaissance du public du lancement  d’un vaste programme pour la libération des trottoirs.

Ces espaces publics réservés aux piétons sont occupés depuis lors par des commerçants ou transformés en garages dans certains quartiers, obligeant ainsi les personnes supposées en être les bénéficiaires d’arpenter plutôt la chaussée les exposant aux risques d’accidents de circulation tout en donnant un aspect lugubre à la ville.

Cette campagne en vue consiste donc à réparer ce désagrément causé à l’endroit de ces usagers de la voie publique  et de combattre un des éléments du  désordre urbain déjà installés dans les esprits de la plupart des habitants de la ville de Douala.

D’après cette note d’information, une équipe de jeunes enquêteurs sillonnera, en prélude à cette initiative, dans certains quartiers de la ville de Douala pour informer et sensibiliser tous les occupants de ces espaces.

L’objectif est de les amener à coopérer pour la libération  de ces passages pour piétons  et des restaurer à la ville sa fluidité obstruée à certains endroits de la ville du fait de ces occupations anarchiques. Ensuite, d’en dresser une typologie des occupations pour un meilleur accompagnement de la ville. Bonanjo, Bonapriso, et certains boulevards d’Akwa sont choisis comme zones pilotes pour expérimenter cette opération.

Roger Mbassa Ndinè, appelle ainsi les populations et les commerçants de ces différents sites à réserver un accueil chaleureux aux agents enquêteurs pour la réussite de cette opération.

Ce n’est pas la première fois que la Mairie de la ville de Douala a essayé de déguerpir les commerçants  et autres adeptes du désordre urbain des trottoirs. Plusieurs initiatives de ce genre ont été mises sur pied au temps de l’ancien exécutif communal, sans succès. Le nouvel exécutif pourrait-il faire mieux par rapport à ce phénomène que l’équipe qui l’a précédée ?  A-t-il  une recette miracle pour venir à bout de ce mal qui gangrène cette cité et faire face à la résistance des populations ?

Déjà, lorsqu’on observe le choix des quartiers où sont appelés à expérimenter ce programme de libération des trottoirs, ce ne sont pas les plus sujets à la matière et les plus réfractaires à ce genre d’opération. La mairie fuit-elle les quartiers et sites répertoriés par les populations comme étant des endroits où les piétons rencontrent d’énormes difficultés à circuler?  Ensuite, que fera-t-on, de toutes ces briqueteries sur les trottoirs, les montagnes de sable déversées sur ces passages par les propriétaires de nombreux chantiers en cours dans la ville de Douala et des véhicules stationnés régulièrement et des heures durant qui laissent très peu de manœuvres aux piétons devant les restaurants, les commerces et entreprises ?

Par ailleurs, a-t-on prévu le recasement de  ces commerçants et garages qui  occupent pour la plupart et de manière régulière  ces espaces  publics dans la ville ?

Des interrogations qui méritent d’avoir des réponses, si coopération il y a, avant toute mesure de déguerpissement ou de libération de nos trottoirs. Si et seulement si on tient à protéger de manière pérenne les piétons et leur garantir une circulation fluide est sans obstacles sur leurs espaces.

Félix EPEE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *