Distribution des plantes contre le covid-19: Yaoundé emboite le pas à Douala.

La cérémonie de distribution de ces plantes médicinales par les pygmées de l’Est Cameroun aura lieu le 18 avril prochain au Centre culturel camerounais à Yaoundé.

La  distribution gratuite des plantes médicinales contre le covid-19 aux populations  se déroulera  ce dimanche 18 avril  à Yaoundé. Cette opération, la deuxième du genre dans la capitale politique, est l’œuvre des pygmées  de l’Est Cameroun regroupés autour  l’Association nationale des désœuvrés et des déshérités du Cameroun (ANDD). Elle fait partie de la contribution de cette association à la lutte contre cette pandémie dont les ravages sont importants dans notre société malgré les efforts et des actions mis en place par  notre gouvernement. « Notre association contribue donc à cet effort collectif, en proposant des solutions alternatives fondées sur l’exploitation des essences naturelles de la pharmacopée traditionnelles », déclare Thierry Marcel Massaga, président national de l’ANDD et coordonnateur des activités des pygmées au Cameroun.

Elle participe d’une thérapie plurielle face aux limites de la médecine moderne dans la riposte contre cette pandémie visant à encourager les efforts dans la mise au point  d’un traitement endogène. Et pour cela, notre pays des diversités d’essences naturelles pouvant contribuer de manière efficace à cette lutte. Tels que l’Ekoug (la quinine), le Mfol (la chloroquine) et l’Essombi (l’essence naturelle pour purifier le sang), ainsi que de nombreuses autres essences qui  traitent d’autres pathologies seront distribuées gratuitement ce jour.

Le célèbre chloroquine, un des médicament qui entre dans le protocole du traitement du covid-19.

Les populations de Yaoundé sont invités à venir nombreux pour profiter de ces merveilles de la nature surtout en cette période de la recrudescence de la maladie. Pour Thierry Marcel Massaga, c’est une occasion à ne pas rater. «  Elle peut sauver des vies », affirme-t-il.

Le président national de l’ANND invite à cette occasion les maires, les chefs d’entreprises et mécènes à soutenir cette initiative. « Il y va de la préservation de la richesse de notre forêt et celle de notre pharmacopée traditionnelle », avance-t-il. Il n’est pas exclu, s’il y a des soutiens  financiers, d’après ce coordonnateur des activités des pygmées, de créer  et de multiplier les plantations de ces essences qui pourront servir à une mise sur pied d’une industrie pharmaceutique locale. Et de ce fait, contribuer efficacement à la santé des millions de camerounais.

En attendant ces financements, Thierry Massaga demande à tous ceux viendront dimanche se procurer de ses essences de nos forêts de garder en échanges à leurs généreux donateurs comme il est de tradition des présents tels que du sel, les allumettes, riz, savon,  vêtements, et autres denrées de leur choix.

Félix ÉPÉE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *