Cloture Douala Fiesta

Douala Fiesta : Roger Mbassa Ndinè promet une 2ème édition.

Le maire de la ville s’est engagé à renouveler l’expérience en 2021 après le succès relativement apprécié de la 1ère édition.

« La deuxième édition, il y aura ! », s’est exclamé le Dr Roger Mbassa Ndinè devant une foule immense venue vivre les dernières heures lors de la clôture de la toute première édition du Festival Douala Fiesta le 02 janvier dernier à la place Samè Din à Bonassama-Bonabéri.

Ce n’est donc plus un secret pour les populations de Douala. Elles connaîtront les mêmes émotions en fin d’année de 2021 comme celles qu’elles ont connues depuis le 22 décembre 2020 (date de lancement de ce festival) de l’année passée jusqu’à sa clôture ce 02 janvier 2021.

Période pendant laquelle le public a eu droit à plusieurs jours d’animation avec les divertissements divers dans quatre des six arrondissements que compte la ville dont Douala 1er, 2ème , 3ème et 6ème. Concerts géants au cours desquels se sont exprimés de nombreuses grosses pointures de la musique camerounaise toute génération confondue (Toto guillaume, Missè Ngoh, Grâce Decca, Jacky Kinguè, Myster Léo, Petit Pays, Belka Tobbie, Dynastie Le Tigre, Samy Diko…), concours de danses patrimoniales, de la plus belle fille de la ville, de la meilleure photographie artistique, des karaokés et des manèges pour enfants.

Les populations s’en sont données à cœur joie. A la Place Samè Din à Bonassama comme au lieu-dit Total Nkolbong à Banga Japoma, sites qui ont accueilli respectivement la clôture et l’inauguration de ce festival, le public était au rendez-vous. Venus massivement applaudir leurs artistes préférés, boire un coup ou déguster de bonnes grillades pour le plaisir de leur palais sous fond de décibels.

L’élection de la Mis Douala Fiesta qui a vu le sacre de Princesse Ndoum Issie de l’arrondissement de Dla V sera l’une des grandes attractions de ce festival. Le défilé de ces belles créatures n’a laissé personne indifférent. Encore moins, le Dr Jérémie Sollè, adjoint au maire de la ville sautant de son siège lors du passage de Miss Manoka, sacrée 1ère dauphine de cette confrontation. Une ambiance festive que les populations de Douala n’avaient jamais connue auparavant qui va pour se pérenniser pour les années avenirs.

En effet, le maire de la ville, visiblement ému et satisfait de l’organisation de la manifestation dans son ensemble, promet de renouveler l’expérience en 2021. « Douala Fiesta doit continuer à vivre », lance le créateur de ce concept nouveau. Le Dr Roger Mbassa Ndinè prévoit d’ailleurs étendre la manifestation dans tous les six arrondissements pour la prochaine édition.

Une extension qui demandera cependant beaucoup de réglages. Car, si cette manifestation a été un satisfécit total pour certains, elle a été différemment appréciée par d’autres. A Bonapriso et ses environs, les populations reprochent aux organisateurs de n’avoir pas suffisamment communiqué, du moins pas assez des jours à l’avance. « Je n’étais pas au courant. C’est un ami qui m’appelle boire une bière par ici que je découvre qu’il y a une manifestation de genre », lance Jean Pierre, festivalier, habitant de New-Bell, agglomération voisine.

Les habitants de ce quartier résidentiel interpellent les organisateurs à revoir la programmation des artistes s’ils veulent voir la foule dans les prochains. «Les goûts des habitants de Bonabéri ne sont pas forcément ceux de Bonapriso. Surtout pour la tranche jeune. Car rien n’explique que d’autres manifestations telles que les championnats de football et les fêtes communautaires comme le Ngondo réussissent au Stade Soppo et pas Douala Fiesta», lance Issac Eyoum.

Egalement soulevé, le prix de la boisson que les festivaliers souhaiteraient voir à la baisse (pratiqué au prix promotionnel par le principal sponsor de l’évènement) pour amener les populations à quitter facilement leurs quartiers respectifs pour le site de l’évènement.

D’autre part, le Festival, qui s’est tenu en 12 jours, n’a en réalité eu que 06 jours d’animation artistique (24déc au 26 déc et 31déc au 02 janv). Ce qui aura contribué à la cassure de l’engouement des populations dans certains sites que l’absence de communication avait déjà contribué à éloigner en amont. Un volet aussi à voir par les organisateurs pour une programmation permanente s’ils tiennent à la réussite du prochain festival annoncé.

Félix Epée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *