Cinéma : Africa Mia en projection ce dimanche 23 mai à l’Ifc de Douala.

La fabuleuse histoire mythique des Maravillas de Mali, groupe mythique afro-cubain qui a fait danser l’Afrique et le monde sera diffusé ce weekend à de l’Institut français de Douala.

Après la projection presse, c’est autour des cinéphiles de la capitale économique  de bénéficier du privilège de regarder   l’histoire des Maravillas de Mali pour sa projection grand public. Un film documentaire qui retrace la vie de dix jeunes musiciens originaires du Mali envoyés apprendre la musique au Cuba en 1964 par le gouvernement de leur pays de l’époque dirigé par le président socialiste Modibo Keita. C’est le temps des grandes  amitiés communistes entre l’Afrique des indépendances et ce pays insulaire d’Amérique Latine. Cuba, son président révolutionnaire  et  charismatique Fidel Castro, ainsi que son compagnon de lutte Che Guevara fascinent, au regard de leur histoire,    tous les peuples nouvellement affranchis d’Afrique et  ceux en quête de libération.

C’est dans ce contexte d’euphorie que ces jeunes  étudieront la musique pendant sept années sous la coordination des enseignants cubains. Avec le bagage musical aux influences cubaines reçu, ils y adjoignent les sonorités traditionnelles du Mali, leur pays d’origine.  Ce brassage accrochera de nombreux mélomanes en Afrique et le monde. Les Maravillas deviendront des stars et les tout  premiers à impulser le courant appelé aujourd’hui world music.

Le succès est grandissant. Le groupe est invité à se produire en spectacle presque partout en Afrique et à travers le monde. Mais leur rêve va se briser au soir du coup d’Etat contre Modibo Keita. Alors qu’ils étaient en pleine tournée au Cuba, ils sont rappelés précipitamment au pays par le nouveau gouvernement de Moussa Traoré.

Taxés de communistes à leur retour au Mali, ils connaissent tous les déboires du monde  liés à leur étiquette. Beaucoup d’entre eux, sans perspectives, sombrent dans le dénuement et la misère face au désintérêt du nouveau gouvernement pour la musique. Un seul membre du groupe Boncana Maïga choisi de s’émigrer pour aller chercher le bonheur ailleurs. Choix qui lui sera fructueux pour une carrière réussie qu’il a connue par la suite.

Richard Menier, producteur, réalisateur et scénariste français, assisté Edouard Salier, un autre réalisateur, séduit par le parcours de ce groupe après une tentative infructueuse de le reconstituer à cause des décès successifs des membres, décide de raconter l’histoire des Maravillas.  Il ramène à Cuba, le seul survivant de la troupe, Boncana Maïga, cinquante ans après leur premier voyage pour retracer leur parcours. Un film documentaire  assez émouvant réalisé en 15 années de tournage entre la Havane et Bamako.

Une histoire à la fois belle et triste  sur ce tout premier groupe afro-cubain, auteur du titre à succès « Rendez-vous chez Fatimata »  qui présente la cruauté certains gouvernements africains qui  brisent les rêves et le devenir de nombreux jeunes par manque des politiques accompagnatrices et aussi les mauvais choix que nous faisons de nos vies dans les moments capitaux.  Intéressant à voir.

Programmé pour ce dimanche 21 mai à 18 h, le film sera rediffusé pour  la deuxième fois le 30 mai prochain à la même heure. Malgré ces deux programmations, plusieurs cinéphiles risqueront ne pas avoir accès dans la salle (50 places seulement disponibles) à cause des restrictions barrières liées au Covid 19 . Sauf pour ceux qui s’y prendront un peu plus tôt.

Félix ÉPÉE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *