CANCER DU COL DE L’UTERUS

Cancer du col de l’utérus : la vaccination reste et demeure la meilleure alternative.

C’est en substance le message tenu par l’ensemble des médecins au cours de la conférence sur cette maladie qui a eu lieu le lundi 28 décembre 2020 au siège du Gicam à Douala.

Frottis et vaccins : Des gestes importants. C’est le thème de la conférence sur le cancer du col de l’utérus organisée par l’association Stronger than cancer traduit en français par plus fort que le cancer. Gynécologues, anatomopathologistes, oncologues, médecins généralistes ont passé en revue tous les problèmes liés à cette maladie. Ses causes, les symptômes, son apparition, son dépistage, les options de traitement et la prise en charge. Toutes les informations ignorées d’habitudes par la population au sujet du col de l’utérus ont été décortiquées par les experts.

Deuxième cause de mortalité des cancers chez la femme, le cancer de col de l’utérus reste d’après ces spécialistes un grand problème de santé publique.

En effet, le Cameroun est parmi les pays en Afrique où le taux de prévalence à cette maladie est assez élevé. Et d’après les études, 40% de femmes sur 100 000 seraient porteuses de cette maladie dans notre pays. Avec environ 1500 décès par an. Les raisons évoquées seraient le faible taux de dépistage, l’absence d’informations et la faiblesse d’offre en traitement. « Car, plus on est dépisté à temps, plus les chances de traitement sont élevées », a souligné Dr Ndoumbè, médecin généraliste.

C’est pourquoi ces experts préconisent tous les frottis de dépistage à toutes les femmes pour connaître leur état sérologique et éviter que la maladie n’arrive à un stade 4 où elle ne pourrait plus être traitée.

Maladie sexuellement transmissible

Selon Dr Esther Dina Bell, enseignante en oncologie et Directrice de l’hôpital de District de Bonassama à Douala qui a entretenu le public sur les options de traitement, la vaccination reste la meilleure alternative pour lutter contre cette maladie au regard des coups encore assez onéreux (environs 400 000 fcfa par mois) pour son traitement, hors de portée du Camerounais moyen. 

Classé parmi les maladies sexuellement transmissibles, plus de 80% personnes ayant eu les rapports sexuels vont, selon ces experts, être exposés au cancer du col de l’utérus durant leur vie. Le préservatif ne protège que partiellement. La transmission se faisant, en plus des rapport sexuels, par simple contact cutano-muqueux y compris bucco génital. d’où l’importance de la vaccination évoquée par les spécialistes.

depuis 2018, Stronger than cancer œuvre pour la sensibilisation de la population camerounaise aux différents cancers en organisant chaque année une conférence. Cette rencontre est la troisième annuelle après celles tenues respectivement en 2018 et 2019 sur les cancers du poumon et de la prostate. Les dirigeants de cette association ont choisi cette fois-ci de se pencher sur le cancer féminin. Avec une campagne de dépistage gratuit pour 250 femmes âgées de 25 à 65 ans qui sera lancée le 18 janvier 2021 avec le soutient de ses partenaires.  » C’est ouvert. Sur notre site internet, les personnes intéressées peuvent s’inscrire et faire la démarche pour obtenir ce rendez-vous « , précise Catherine Kamdem, vice-présidente et responsable pôle santé de cette association.

Une opération pour laquelle Stronger than cancer a déjà réuni une partie des fonds à travers ses partenaires mais à encore besoin de quelques soutiens et dons pour la réussite de cette campagne.

Félix EPEE         

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *