Action sociale : Miss Cameroun Métropole 2019 au secours des orphelins.

Eudoxie Momo-Nya a fait un don en produits de première nécessité et vêtements à l’Orphelinat Saint-Jean de Deido  le samedi 19 février 2021 dernier à Douala.

Pas toujours courant de voir une miss en dehors de sa vie de strass et paillettes. C’est pourtant le cas pour Euxodie Momo-Nya, la Miss Cameroun Métropole 2019, venue ce samedi matin en simple tee-shirt et pantalon jean apporter un petit sourire à travers un don fait aux pensionnaires de l’orphelinat Saint-Jean de Deïdo à Douala.

Un geste humanitaire et de partage pour cette idylle de la beauté arrivée tout droit de France avec dans ses valises quelques produits alimentaires de premières nécessité (huiles, savons, pâtes alimentaires, sucre,…), des vêtements et chaussures à offrir à ces enfants nécessiteux. « Il faut pouvoir penser à ceux qui sont plus dans le besoin », déclare-t-elle.

Eudoxie en a profité au cours de cette visite pour parler de sa passion de mannequinat aux jeunes pensionnaires curieux, tous heureux de rencontrer une Miss. L’étudiante en master contrôle de gestion en France, en s’adressant aux enfants, a beaucoup insisté les études. « Avant toute chose, que vos études soient d’abord prioritaires », a-t-elle souligné.

Cette action accueillie chaleureusement par les responsables de cet orphelinat, rentre dans le cadre du projet humanitaire porté par cette étoile de la beauté à travers son association « Ne regarde plus derrière toi » qui vise, selon ses termes, à venir en aide aux populations africaines et plus particulièrement camerounaises. Un projet préparé depuis un an et demi mais qui n’a pas été vite mis en œuvre à cause du confinement lié au covid.

Après Douala, la caravane d’ Eudoxie s’est déportée, deux jours, après du côté du Moungo, plus précisément à Nkongsamba où elle a procédé à une autre remise de don de même nature, cette fois aux handicapés. Elle a également remis des kits de naissance à une maternité et des fournitures à un établissement scolaire de cette même ville.

Félix EPEE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *